curriculum virtuel 21e siècle > parcours journalistique

Collection complète
de mes revues

Après avoir joué dans quelques groupes du lycée Lavoisier (Paris) (voir Parcours musical) à la fin des années 60, je rencontre en 1971, Jacques Barbier (ami ou escroc ?), ancien manager de groupes comme HEAVY MOONSHINE, et nous décidons de créer une revue pour promouvoir les groupes français qui font un beau parcours en ce début des années 70...

Avec des moyens de fortune (quelle drôle d'expression) et sans aucune expérience, nous présentons le premier numéro (daté de janvier 72) de POP 2000 "le journal de la Pop française" en décembre 71 au Golf Drouot de Paris.
Avec nos machines à écrire IBM "à boules", cutters et autres lettres transfert Letraset, nous apprenons "sur le tas" les métiers de Rédacteur en chef, Journaliste, Photographe, Maquettiste, Standardiste...
En dehors des articles et interviews "classiques", les deux rubriques remportant le plus de succès auprès des lecteurs sont les petites annonces et Pop 2000 Groupes où nous présentons tous les (nouveaux) groupe s même amateurs (un bonheur pour les formations de province).
Distribution nationale par les NMPP.
Tirage des premiers numéros : 15 000 exemplaires
Parution : mensuelle. Prix : 2 Francs.
24 puis 32 pages. Noir et Blanc puis une couleur d'accompagnement.
17 numéros de janvier 1972 à mai 1973.

Le patron du night-club Le Tripot me présente à un imprimeur qui recherche une nouvelle équipe pour remplacer celle du défunt POP MUSIC SUPER HEBDO (ce qui ne nous portera pas chance).
L'équipe s'étoffe et ainsi naît MAXIPOP Le journal de la pop music. Après quelques numéros en grand format, nous trouvons notre vitesse de croisière avec un format A4 plus courant et Jacques Leblanc devient le rédacteur en chef (futur créateur de Juke Box Magazine)
Distribution nationale par les NMPP.
Tirage des premiers numéros : 25 000 exemplaires
Parution : hebdomadaire. Prix : 3 Francs.
24 puis 32 pages (en A4). En couleurs. Avec un poster dépliant de 4 pages grand format puis sous forme de bons à renvoyer.
28 numéros de juin 1972 à mars 1973.

Nous couvrons l'actualité internationale rock et un peu de variétés. News, chroniques de disques, concerts, interviews, se succèdent au rythme des rotatives. Nous passons une bonne partie de la nuit du vendredi chez l'imprimeur à corriger et maquetter le numéro à paraître le mardi... puis un petit tour au Golf ou au Gibus.
Nous attaquons l'année 73 en toute confiance jusqu'au fatidique "choc pétrolier" de février qui fait doubler, du jour au lendemain, le prix du pétrole et, par un effet de dominos, le prix du papier.
L'imprimeur décide d'arrêter MAXIPOP puis de repartir avec l'ancienne équipe de POP MUSIC... embrouille et sac de nœud qui resteront, pour moi, un mystère à jamais... j'aurais préféré la force...

Pendant ce temps, POP 2000 vivait un peu au-dessus de ses moyens. La publicité ne rentre pas beaucoup (la plupart des maisons de disques préférant 10 lignes, même mauvaises, dans les revues rock bien installées qu'une page chez nous). Nous augmentons le nombre de pages, le tirage (jusqu'à 33 000 exemplaires pour un bouillon de 50 %), une couleur d'accompagnement, la composition en plomb des textes... Dommage que le Mac et la PAO ne fassent leur apparition que 10 ans plus tard !
Ce sont surtout les frais d'impression (et de papier) qui sont les plus lourds et je mets 3 mois (de trop) pour réagir. Les caisses sont vides... et lorsque je porte les films du n° 18 fin mai, l'imprimeur m'annonce qu'il ne pourra imprimer ce numéro avant que je n'ai payé les factures précédentes. C'est évidemment la fin (maquette ci-contre, numéro jamais paru !)...
Il faut payer au registre de commerce pour la cessation d'activité. Il faut payer aux NMPP pour le stockage des invendus (!) etc, etc... 100 000 francs de dettes. Personne pour reprendre le flambeau...
Dernier baroud d'honneur, fin juin, avec l'organisation du FESTIVAL POP 2000 sous chapiteau au château de Fontenay Trésigny (Seine et Marne) avec divers groupes dont Backdenkel et Larry Martin Factory (qui a fait la sono gratuitement toute la nuit, sans même pouvoir jouer ! Salut affectueux à Larry Martin et à Michel Carras, où que vous soyez). Bilan : 3 semaines de boulot, 50 F de bénéfices ! Une petite partie de pêche (avec le patron du Gibus le dimanche matin dans le parc) clôture cette aventure inoubliable (à tous points de vue).
P.S. Patrice Boudot-Lamot (vainqueur du Tremplin Blues Sur Seine 2001) m'apprend, 30 ans après, qu'il était présent (tout jeunot) à ce festival en compagnie de... Antoine Decaunes !

Collection complète des numéros

Quelques beaux souvenirs (quand même !) :
Radios :
- CARRE BLEU (Europe 1) avec François Jouffa et Jacques Paoli
Interviews :
- IKE & TINA TURNER (chez Maxim's)
- NINO FERRER (chez lui)
- DICK RIVERS (chez lui)
Concerts :
- WHO à la fête de l'Huma
- FESTIVAL ROCK DE WEMBLEY (Chuck Berry, Little Richard, Jerry Lee Lewis, Bo Diddley, etc.)
- MICHEL POLNAREFF et DYNASTIE CRISIS (à l'Olympia)
- ANGE et HALLYDAY (Johnny Circus) à Chantilly
- ALBERT ET SA FANFARE POLIORCETIQUE (aux Halles de Rungis)
- COLUCHE (Ginette Lacaze, 1960) au Vrai Chic Parisien, Paris 14e.
- PROCOL HARUM à Zurich
- BB KING, MUDDY WATERS, JOHN MAYALL , etc.

Je collabore ensuite à diverses revues musicales telles que
GOLD,
WATTS MAGAZINE,
ROCK N ROLL MUSIQUE (j'y suis même un temps le rédacteur en chef), etc.,
mais bon, travaillez pour la gloire (?) ça va un moment, aussi il est temps de revêtir mon habit de lumière et de... brancher la guitare...

 

Depuis 1997 et grâce à internet j'ai repris quelques activités musicales par le biais du multimédia :

Mes sites regroupés sur BLUESFR.NET :
Bleu Blanc Blues, Web 2000, La chaine du blues fr, Le tremplin Blues sur Seine, émissions radio, e
tc...

A l'occasion du Cidisc (Convention international des disques de collection) en janvier 2002, je fête les 30 ans du premier numéro de POP 2000 avec Jacky Chalard et Jacques Mercier du groupe DYNASTIE CRISIS (Pop 2000 n°14). Merci à Jacques Leblanc (Juke Box Magazine) pour l'invitation.

Parcours musical

Collection complète de mes revues

SOMMAIRE